FOR temporel ou causal et les sens produits en français : de la modélisation des marqueurs à celle des contextes de production du sens

Date : [types field="date"]
Horaire : [types field="horaire"]
Lieu : [types field="lieu"]

Je me propose pour ce séminaire, de tisser des fils entre mes différents moments de recherche. Je voudrais à partir de ma proposition de schéma opératoire, ou de scénario de construction du sens pour for en contexte temporel, et de mes communications sur sa valeur causale, présenter une modélisation qui construirait le sens au contact des contextes. J’aimerais dans le même mouvement, mettre au jour les réseaux qui se tissent entre les marqueurs présents dans les différentes structures particulières aux contextes, et montrer que la structure elle-même développe un schéma opératoire chaque fois renouvelé par l’apport ou le retrait d’un marqueur.

Le corpus sera en partie extrait de grands corpus électroniques (COCA, BNC), mais également du corpus CODEXT construit par le groupe LIDIL de l’université de l’UPEC.

Agnès Leroux est actuellement Maître de conférences Habilitée à diriger des Recherches à l’université de Paris Nanterre, et fait partie du centre du CREA. Elle concentre ses recherches en linguistique contrastive anglais-français et  en didactique de l’anglais langue étrangère. Elle enseigne la linguistique et la didactique des langues au sein du master MEEF 2d degré parcours anglais, et anime un séminaire de recherche en linguistique contrastive en master 1.  Elle a publié de nombreux articles sur la construction linguistique du temps et de la durée en anglais et en français et sur quelques marqueurs impliqués dans les phénomènes de causation. Elle travaille actuellement à la didactisation de modélisations linguistiques au service de l’enseignement et de l’apprentissage de l’anglais.

Leroux, A. (à paraître 02-2018) : La construction linguistique de la durée en anglais et en français : pourquoi les apprenants francophones ne choisissent jamais for temporel. Collection Gramm-R, Peter Lang, Bruxelles, 260p.