L’espace littéraire est un trou de souris, ou le chas d’une aiguille