Décidément, un adverbe d’énonciation décidément bien difficile à traduire : étude de quelques traductions vers l’anglais

Date : 02 avril 2019
Horaire : 16h30-18h00
Lieu : UFR LSH | Bât. 3 | Salle A600 | Mont-Saint-Aignan

Cette communication porte sur le fonctionnement de l’adverbe décidément, recherche en cours initiée par le groupe de recherche IDEAL de l’UPEC. Il s’agit de donner une caractérisation de décidément et d’aborder les problèmes de traduction qu’il pose en anglais. Ainsi, nous interrogerons le lien entre décidément et decidedly, puis nous examinerons d’autres traductions comme again, definitely, simply, ou le verbe seem trouvés dans le corpus CODEXT. On constate également de nombreux énoncés dans lesquels l’adverbe n’est pas traduit du tout en anglais.

Si l’on peut dire sommairement, suite à O. Ducrot (1980), que décidément exprime une fatalité intrinsèquement liée à une séries d’événements, on constate que les ajustements intersubjectifs subtiles et variés auxquels il est associé sont particulièrement délicats à traduire en l’anglais. En tant qu’adverbe d’énonciation mettant en jeu une forte dimension intersubjective, décidément sera étudié dans le cadre de la Théorie des Opérations Enonciatives. Nous chercherons à montrer les opérations énonciatives de l’adverbe dans des énoncés du type « Décidément, les femmes sont curieuses », en tenant compte de ses valeurs en contexte, mettant en jeu différentes propriétés d’événements.  L’examen de cette diversité d’emplois permettra de caractériser (autant que possible) l’identité du décidément, en le comparant notamment à d’autres adverbes d’énonciation comme encore ou finalement.

  • De Vogüé, S.,  Paillard, D. (1997), « Identité lexicale et hétérogénéité de la variation co-textuelle : le cas de suivre »,  in Co-texte et calcul du sens, C. Guimier (éd.), Caen, Presses Universitaires de Caen.
  • Ducrot, O. (1980), Les mots du discours, Paris, Éditions de Minuit.
  • Franckel, J.J. (2018), « Je vois ce que tu veux dire », Corela [En ligne], 16, 1, 2018, mis en ligne le 08 juillet 2018, consulté le 21 février 2019.
  • Hermoso Mellado A., Anscombre J.C. (2011-2012), « Étude des adverbes Décidément / Decidamente… et quelques autres », in Revue française de linguistique appliquée, vol. XVI.
  • Perrin, L. (2013), « Les formules monologiques et dialogiques de l’énonciation », in Benveniste après un demi-siècle, Regards sur l’énonciation aujourd’hui, L. Dufaye et L. Gournay (éd.), Paris, Ophrys.

Françoise DORO-MEGY est MCF en linguistique anglaise à l’Université Paris-Est Créteil, membre du laboratoire IMAGER, dans le groupe de linguistes IDEAL. Ses recherches portent sur des phénomènes de modalisation, notamment dans une approche contrastive anglais-français. Ses études sur l’évaluation subjective s’insèrent dans un cadre énonciatif qui prend en compte le rôle de l’engagement de l’énonciateur et l’ajustement intersubjectif liés à l’activité de langage. Elle a notamment travaillé sur le statut assertif des énoncés, et plus particulièrement sur la traduction des verbes d’évaluation subjective think, believe, see, trouver, estimer ou considérer pour mettre en évidence les conditions d’utilisation de ces verbes en anglais et en français à travers l’analyse de textes traduits. Elle a publié quelques articles sur l’évaluation subjective et la modalisation des énoncés, en montrant le fonctionnement de ses verbes et leurs impacts sur l’agencement discursif en anglais et en français. Elle a publié l’ouvrage Etude croisée de  » think », « believe », « croire » et « penser », « Linguistique contrastive et traduction », numéro spécial, Ophrys, 2008. On peut également citer l’article « Traduire l’évaluation subjective : exemple du verbe estimer» in Linguistique contrastive et traductologie anglais/français : quels enjeux. Ela. Etudes de Linguistique Appliquée, Revue de didactologie des langues-cultures et de lexiculturologie, 4/2013, n°172, p. 415-42. Klincksieck, 2013.