De quelques figures du destin dans la poétique de Valle-Inclán (suivi d’une note sur El Ruedo Ibérico, I, VII, 8)

Auteur : Miguel A. OLMOS

Résumé

Présentation des notions de caractère et de destin, tel qu’elles sont employées dans La Lámpara maravillosa (1916) de Ramón del Valle-Inclán, un auteur fondamental dans le panorama dramatique du XXe siècle. Cet ouvrage est une sorte de manifeste unipersonnel, qui suit les lignes générales de la poétique romantique et moderne, dont l’une des maximes soutient que l’expérience esthétique, sous ses différentes formes, aboutit à la reconnaissance de quelque chose qui était obscurément déjà là dès le début : quelque chose de l’ordre du « déjà dit », mais qui ne se fait pleinement comprendre qu’à la fin. C’est une idée qui fait songer au fatum latin, au mektoubi arabe, ou au sino espagnol. Le travail porte donc sur le rôle du narratif dans les manifestations du destin, aspect souvent abordé par les études littéraires au XXe siècle (Ricœur, Danto, Ferlosio, Kermode), et propose trois clés interprétatives pour les pièces de Valle.

L'auteur

Miguel A. Olmos, professeur des Universités (ERIAC ; membre associé du Centre de recherches sur l’Espagne contemporaine de l’université Paris III). Auteur d’une trentaine de travaux su2 desqudstions de littérature et critique littéraire (Espagne, XIXe et XXe siècles ; poétique, rhétorique, histoire de la lecture).

Article au format pdf

Document

Pour citer l'article

Miguel A. OLMOS « De quelques figures du destin dans la poétique de Valle-Inclán (suivi d’une note sur El Ruedo Ibérico, I, VII, 8) »,
Travaux et Documents Hispaniques / TDH, 4, 2012,
'Fatum' : destin et liberté dans le théâtre

© Publications Electroniques de l’ERIAC, 2012.

URL : http://eriac.univ-rouen.fr/de-quelques-figures-du-destin-dans-la-poetique-de-valle-inclan-suivi-dune-note-sur-el-ruedo-iberico-i-vii-8/